les yeux d'oc

  • Défense d'aimer, May El Hossamy

  • logo les yeux d'oc

    Les yeux doc est la plateforme numérique du Catalogue national de la Bibliothèque publique d'information. Elle présente une sélection de films documentaires français et internationaux, constamment actualisée et éditorialisée. Elle est diffusée dans les bibliothèques françaises, auprès des usagers de ces bibliothèques, pour des consultations sur place ou à domicile.

7 jours, un film

L'Ombre de Venceslao

Caroline Rubens, 2017, 54 min

"Ta mère est une p..." éructe le metteur en scène Jorge Lavelli devant des chanteurs médusés qui se frottent probablement pour la première fois et avec trop de retenue au texte de l'auteur argentin Copi, "L'Ombre de Venceslao". L'Opéra de Rennes accueille en 2016, avant une tournée française et sud-américaine initiée par le Centre français de promotion lyrique, la création de cette oeuvre contemporaine écrite, composée, mise en scène par un trio d'origine argentine et dirigée par un hispanophone : à la plume, Raul Damonte Botana, alias Copi, auteur en 1977 de la pièce "La sombra de Venceslao", traduite en français par Jorge Lavelli vingt ans plus tard et montée au théâtre à cette occasion ; à la composition, Martin Matalon, autre Argentin installé à Paris, auteur d'une oeuvre luxuriante axée sur la musique de chambre et les partitions d'acompagnement du cinéma muet (Metropolis, L'Âge d'or, Un chien andalou) ; au pupitre, Ernest Martinez-Izquierdo, chef catalan rompu au répertoire opératique contemporain. Enfin, à la direction d'acteurs et scénographie, Jorge Lavelli, figure tutélaire du théâtre d'avant-garde (Gombrowicz, Copi, Arrabal...) Durant les longues semaines de répétition, de juin à octobre 2016, le plateau et l'ensemble des espaces du théâtre ont résonné des cris et des chuchotements des différents protagonistes du spectacle. Caroline Rubens a su jouer de son apparente liberté d'aller et venir, pointant sa caméra vers les artistes en répétition ou les interviewant, se glissant en tapinois au milieu de conciliabules en espagnol, parfois tendus, entre le metteur en scène, le compositeur et le chef. En dépit de sa courte durée (moins d'une heure), le film témoigne avec acuité du défi artistique et logistique que représente la création d'un opéra contemporain.

Actualités

Printemps algérois

Huit ans après le déclenchement du Printemps arabe dans la Tunisie voisine, le peuple algérien entre à son tour en rébellion contre ses dirigeants, obligeant le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis vingt ans, à démissionner. Drapés dans le drapeau national, des manifestants de tous âges, venus des quatre coins du pays, arpentent les rues d’Alger. Leurs revendications ? Que tous les partisans du « système », cadres et hommes d’affaires liés au régime et convaincus de corruption, partent (#ils partent tous). Que des élections libres soient organisées par une équipe de transition, sans liens avec les dirigeants actuels.

 

Liée à l’Algérie par des relations complexes depuis l’indépendance, la France regarde, incrédule, cette population debout qui exige tous les vendredis un peu plus de démocratie et qui défie un pouvoir militaire réputé inflexible. Que s’est-il passé, que se passe-t-il et que va-t-il se passer en Algérie ? Vu de l’autre bord de la Méditerranée, le pays reste un mystère, avec son histoire marquée par des zones d’ombres nombreuses (la colonisation française et ses tabous, la « décennie terrible » du terrorisme, le Printemps noir de Kabylie…)

 

Des films, et notamment les documentaires réalisés par des cinéastes expatriés ou français, tentent de lever un coin du voile.

« Les yeux doc » diffuse depuis plus de dix ans les œuvres d’Elisabeth Leuvrey, réalisatrice basée à Marseille, auteure de deux films, l’un sociologique La Traversée, l’autre historique At(h)ome.

La Traversée fait référence à la ligne maritime qui relie Alger et Marseille. Sur les bateaux, l’été, de nombreux passagers échangent des confidences et des conseils sur les conditions de vie dans leur pays d’origine et le pays d’accueil où ils se rendent avec espoir ou fatalisme. Un film pour rêver d’une plus grande proximité entre les peuples. Comme le dit poétiquement l’un des passagers, « l’idéal serait de faire de deux mondes un troisième monde ».

At(h)ome convoque une réalité beaucoup plus âpre et impliquant les gouvernements français et algériens. Cette enquête minutieuse sur le terrain s’appuie sur les photographies spectaculaires de Bruno Hadjih dans le Hoggar. La région fut le terrain d’expérimentations nucléaires françaises de 1962 à 1967 et la victime d’un grave accident, l’explosion de la bombe Beryl, qui contamina durablement la terre et décima les populations alentour. Trente ans plus tard, des milliers d’opposants au régime furent internés par les autorités algériennes dans des camps situés à l’intérieur même des zones irradiées.

 

Autre réalisateur passionné par l’histoire de l’Algérie, son pays, Malek Bensmaïl nous entraîne dans le village de l’Aurès où éclata, en 1954, la guerre d’Algérie, après l’attentat qui coûta la vie à un instituteur français. Plus de cinquante ans après, le village vit au rythme de son école et La Chine est encore loin s’attarde sur les jeunes élèves ignorant tout de l’histoire tragique des lieux, ainsi que sur quelques hommes et femmes qui n’ont rien oublié des événements.

À la manière des cinéastes comme Richard Leacock ou Raymond Depardon, Malek Bensmaïl s’est intéressé en 2004 à l’élection présidentielle algérienne. Le Grand Jeu met en scène Ali Benflis, principal opposant à Abdelaziz Bouteflika qui se prépare à sa réélection. Le suspense est de courte durée (A. Bouteflika est élu avec 85,1% des voix), mais le film témoigne des pratiques occultes du pouvoir et s’interroge sur la volonté des dirigeants algériens à entamer un processus de transition démocratique.

 

Plus d’information en cliquant sur les titres :

 

La Traversée

Elisabeth Leuvrey

2012 - 72’

 

At(h)ome

Elisabeth Leuvrey

2013 - 53’

 

La Chine est encore loin

Malek Bensmaïl

2008 – 120’

 

Le Grand Jeu

Malek Bensmaïl

2005 – 90’

Prochainement