les yeux d'oc

  • Aisheen (Still alive in Gaza), Nicolas Wadimoff

  • logo les yeux d'oc

    Les yeux doc est la plateforme numérique du Catalogue national de la Bibliothèque publique d'information. Elle présente une sélection de films documentaires français et internationaux, constamment actualisée et éditorialisée. Elle est diffusée dans les bibliothèques françaises, auprès des usagers de ces bibliothèques, pour des consultations sur place ou à domicile.

7 jours, un film

Donc

Virgile Loyer, Damien MacDonald, 2009, 51 min

Portrait de l'écrivain belge Marcel Moreau, ce film est habité par deux personnages : l'écrivain, qui corrige les épreuves de son dernier manuscrit et qui, devant la caméra, exprime son rapport viscéral à l'écriture ("Je n'ai pas de passé reconstituable mais je sais me créer par l'écriture") et face à lui, l'acteur Denis Lavant, à la présence singulière et à la voix magnétique, qui incarne les mots de l'écrivain, les éclairant jusqu'à l'incandescence. Une belle leçon de littérature, sans archives, sans commentaires, sans autre discours que ce verbe incarné.

Portrait

Richard Dindo, un rebelle en Suisse

Richard Dindo est un cinéaste suisse, réalisateur de documentaires.

Petit-fils d’immigrés italiens venus s’installer en Suisse, né à Zürich en 1944, Richard Dindo quitte l’école à l’âge de 15 ans et se met à voyager, exerçant divers métiers alimentaires. Il s’installe à Paris en 1966. Autodidacte, il devient réalisateur en visionnant plusieurs films par jour à la Cinémathèque française et en lisant beaucoup. En 1970, il retourne en Suisse pour réaliser son premier film, La Répétition (Die Wiederholung). Depuis, vivant à Zürich et à Paris, il a réalisé plus de vingt documentaires et un film de fiction, El Suizo.

Les films de Dindo sont projetés dans le monde entier et de nombreuses rétrospectives lui sont consacrées. Ses films retracent presque tous la vie d’artistes et de révolutionnaires. Comme l’écrivait Marcy Goldberg pour Swissfilms, s’il a consacré un certain nombre de films à des rebelles de renommée mondiale faisant l’objet d’un véritable culte comme Che Guevara ou Arthur Rimbaud, Richard Dindo s’est également intéressé à des personnages suisses moins connus, mais tout aussi fascinants de par leur insoumission, ou qui furent victimes d’une injustice. Le désir de Dindo de faire la lumière sur des épisodes controversés de l’histoire récente de la Suisse a longtemps fait de lui la bête noire de l’establishment. 

 

Laissons la parole au cinéaste : À partir du texte, à partir du "vide" de l'image - l'événement a déjà eu lieu et les héros ne sont plus là -, je demande au spectateur d'imaginer le lien entre la parole, le récit et l'image. À tout instant, c'est un travail de la mémoire comme imagination du passé. Je remplis mes images de mémoire, donc d'imagination.

 

Découvrez maintenant à votre rythme les cinq films de Richard Dindo présentés sur Les yeux doc : Aragon, le roman de Matisse (2003, 52 min) raconte la rencontre intellectuelle à Marseille en 1941, au milieu de la guerre, entre Louis Aragon, Elsa Triolet et Henri Matisse. Arthur Rimbaud, une biographie, 1854-1891 (1990, 141 min) est un portrait élégiaque du poète. Charlotte "Vie ou théâtre ?" (1992, 64 min) évoque la brève vie tragique de cette artiste qui se mit à peindre pour conjurer la montée du nazisme. Gauguin à Tahiti et aux Marquises (2010, 66 min) relate l’exil volontaire du peintre rebelle. Qui était Kafka ? (2005, 107 min) est une tentative de faire comprendre un peu mieux au spectateur ce qui se cache derrière l’écriture comme travail, comme souffrance, comme insomnie, comme solitude.

 

 

Prochainement