les yeux d'oc

En sursis

En sursis

Respite

Harun Farocki ressuscite les images tournées par Rudolf Breslauer, un photographe sur le camp de Westerbork, pendant la Seconde Guerre mondiale, aux Pays-bas. Ce camp fut d'abord créé par les autorités néerlandaises afin de recueillir en 1939 les réfugiés juifs venant d' Allemagne. En 1942, quand le pays fut occupé par les Allemands, il devint un camp de transit. En 1944, on demanda à un détenu (Breslauer) de réaliser un film sur le camp. Ses prises de vues montrent les diverses activités des prisonniers, l'arrivée et le départ des trains pour Auschwitz.. Ce camp renferme un grand hôpital où le personnel soignant et les patients sont des détenus, une école, un théâtre, un gymnase. Les unités de police sont constituées aussi par les prisonniers. Ces images ne dévoilent pas l'horreur mais soulignent un certain "calme", une organisation plutôt conviviale, des détenus parfois souriants. Voulant embellir la réalité, prôner la productivité des prisonniers au travail, ces images sont-elles donc fausses ? On constate que Breslauer a évité les gros plans sur les visages et qu'il n'a pas pu terminer son film. Au fil des intertitres, Harun Farocki s'interroge sur l'ambiguïté de ces archives pouvant susciter diverses interprétations.Film muet accompagné d'intertitres en français.

Voir un extrait