les yeux d'oc

Entre science et sagesse - avec  Henri Atlan

Entre science et sagesse avec Henri Atlan

Rencontre avec un homme à la personnalité discrète et réservée, très éloigné du tumulte médiatique, Henri Atlan, scientifique, philosophe, épistémologue et penseur du judaïsme. Des interviews, filmées entre 1996 et 2002, sont le fondement de ce travail consacré au double parcours d’Atlan, à sa réflexion philosophique sur la biologie d’une part et à son rapport au texte biblique et à la tradition juive d’autre part. Seize ans plus tard, en 2012, ces enregistrements sont soumis à Atlan pour les compléter et en discuter. Le parcours scientifique d'Atlan chemine de la médecine à la biologie et la recherche expérimentale, puis à la philosophie des sciences et à l'éthique biomédicale. Le dialogue proposé par le réalisateur s'articule autour de la biologie moderne et de la société, partant du fait que la science actuelle et plus particulièrement la biologie est déterminée par les grandes découvertes de la biologie moléculaire des années 1960 ; l'organisation biologique pouvant être analysée selon le prisme de la théorie de l'information. Par ailleurs, Atlan a travaillé sur les maladies auto-immunes et le Sida. Sa réflexion sur l'auto-organisation, le hasard et le déterminisme le rapproche de Spinoza, philosophe dont la pensée est une nourriture pour la sienne. La double compétence d'Atlan (il est biologiste et philosophe) lui vaut d'être nommé au Comité national d'Ethique dès sa création en 1983. S'agissant du judaïsme, Atlan, interrogé sur la croyance et la pratique, affirme ne pas être croyant, tout en s'astreignant aux commandements de la Torah. Sa pratique est donc une ascèse personnelle et la Loi un héritage culturel à développer par l'étude. Atlan explicite ses conceptions de la Torah comme texte révélé ou comme texte historique, sa vision de la sagesse et de la kabbale, ainsi que sa position quant à Israël. Le film est une mise en scène de la parole qui repose sur d'anciennes interviews via l'ordinateur et sur le regard critique jeté sur elles dans un studio minimaliste où se détachent, dans le noir du décor, les micros de la prise de son. Là, devant nous, se déploie une pensée complexe, une pensée en action.