les yeux d'oc

  • Son Indochine, Bruno Collet

  • logo les yeux d'oc

    Les yeux doc est la plateforme numérique du Catalogue national de la Bibliothèque publique d'information. Elle présente une sélection de films documentaires français et internationaux, constamment actualisée et éditorialisée. Elle est diffusée dans les bibliothèques françaises, auprès des usagers de ces bibliothèques, pour des consultations sur place ou à domicile.

7 jours, un film

Les Dé-tracteurs

Jean-Louis Cros, 2009, 52 min

Le film nous fait rencontrer trois couples de cultivateurs du Tarn qui vivent et travaillent à contre-courant de la société consumériste dans laquelle nous baignons et qui posent un regard critique sur le « toujours plus » (de vitesse, de production, d’hectares…) généré par la mécanisation à outrance du travail agricole. C’est un autre projet de société qui les motive, dans lequel la compétition, l’exploitation intensive de la nature, l’individualisme et le gaspillage des sources d’énergie n’ont pas de place. Ils cultivent la vigne, créent des serres pour leurs cultures maraîchères, ou encore élèvent des vaches. Ils vendent leurs produits sur les marchés locaux, quand ce ne sont pas les acheteurs qui viennent directement à la ferme. Leur point commun : tous récusent le tracteur et attèlent les chevaux de trait, les vaches, les mules, les bœufs pour travailler la terre. Est-ce un retour nostalgique, et sans avenir, vers le passé ? Sont-ils des pionniers ou de doux rêveurs ? Engagé clairement pour la « décroissance soutenable », ce film tourné sur un an, au rythme des saisons, posant un regard plus anthropologique qu’économique sur ceux qu’il filme, est plutôt convaincant.

Thématique

Femmes au travail

En janvier 2019, la revue Images du travail, travail des images, publiée par le festival de Poitiers Filmer le travail, s’est intéressée au rôle et à la place des archives visuelles dans le vaste corpus « femmes et travail »*.

Aujourd’hui, photographie et cinéma donnent à voir les conditions de travail des femmes en mettant en lumière les rapports de domination qui continuent de s’exercer. Après des siècles de lutte, les femmes sont toujours victimes de discriminations, à la fois liées au genre et à la classe sociale pauvre à laquelle elles restent souvent assignées. Au XIXème siècle déjà, Hubertine Auclert exhortait les ouvriers à ne pas reproduire sur les femmes les schémas d’autorité auxquels eux-mêmes étaient soumis.

Si les luttes ne sont pas nouvelles, elles ne sont pour autant pas prêtes de s’arrêter. Nous vous proposons de voir trois films disponibles sur la plateforme Les yeux doc, trois axes et regards différents qui ont pour dénominateur commun de porter à l’écran la parole de femmes que l’on entend rarement.

 

Dans Rêves d'ouvrières de Phuong Thao Tran, de jeunes vietnamiennes quittent leur campagne pour trouver un travail dans les grosses entreprises d’électronique à Hanoï, quitte à marcher des heures et à subir menaces et harcèlement. Sous l’oeil de la caméra, elles racontent leur statut précaire et, malgré tout, leur rêve d’une vie meilleure.

 

En Indonésie, il existe des écoles pour apprendre aux jeunes femmes à servir de riches propriétaires. Elles sont nombreuses chaque année à partir ensuite pour travailler à Singapour, Taïwan ou dans les pays du Golfe persique. Vous êtes servis de Jorge León Sáenz  nous invite à les suivre dans leur apprentissage. Le responsable du cynique département de la main d’oeuvre indonésienne raconte leur parcours-type tandis qu’elles témoignent des souffrances physique et morale endurées. Le réalisateur filme la double peine d’être à la fois femme et pauvre et l’obligation pour tenter de s’en sortir, de se soumettre aux ordres et volonté des possédants.

 

Femmes-machines de Marie-Anne Thunissen nous replonge, entre images d’archives et témoignages, en février 1966 dans le combat des femmes qui travaillaient à la Fabrique nationale d’armes, à Herstal en Belgique. Pendant trois mois elles se mettront en grève et se révolteront, contre l’avis même des syndicats, pour dénoncer leurs conditions de travail dégradantes, les cadences infernales, les salaires ridicules, la lourdeur des charges ou encore le mépris des patrons voire de leurs collègues masculins. 

 

*Images du travail, Travail des images - n° 6-7. Femmes au travail : quelles archives visuelles ?

http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1763

Prochainement