les yeux d'oc

  • Aisheen (Still alive in Gaza), Nicolas Wadimoff

  • logo les yeux d'oc

    Les yeux doc est la plateforme numérique du Catalogue national de la Bibliothèque publique d'information. Elle présente une sélection de films documentaires français et internationaux, constamment actualisée et éditorialisée. Elle est diffusée dans les bibliothèques françaises, auprès des usagers de ces bibliothèques, pour des consultations sur place ou à domicile.

7 jours, un film

Le Dictionnaire selon Marcus

Mary Jimenez, 2009, 78 min

"Le Dictionnaire selon Marcus" a d’abord des allures de code pénal : « recel », « recel de criminel », « usage de faux », « vol de voiture », « vol avec effraction »… Le pedigree de Marcus Sluse, dit Marcus, défile à l’écran en bande continue, avec la conversion des délits en amendes et peines de prison. Marcus aide des gens à s’échapper de prison, cache des évadés chez lui, loue des planques, part avec des hommes en cavale pour qu’ils puissent gagner les frontières. Ce ne sont pas des actes faits au hasard, c’est une vocation qu’il assume comme un acte de compassion, comme son devoir d'homme. Dans ce film, il affronte la caméra et raconte sans détours le chemin qui l’a conduit de l’orphelinat à la prison. Dès son premier séjour sous les verrous, pour supporter cette violence, il a trouvé une issue : il apprend par cœur les définitions de mots qu’il aime, comme solidarité, confiance, liberté, souffrance… Ces mots l’aident à vivre, en prison comme à l’extérieur, où il les met en pratique. Sa vie est donc tissée de périodes de joie, comme lorsqu’il a vécu plusieurs années avec une femme et ses enfants, ou lorsqu’il est retourné vivre avec sa mère adoptive devenue veuve. Mais il ne résiste jamais à aider ses compagnons de souffrance en prison, ce qui l’y ramène régulièrement, avec son sac plein de dictionnaires. Ceux-ci ont forgé son expression verbale, claire, précise, créant des images d’une grande densité. La réalisatrice a mis en scène un homme solide et droit, paradoxalement plus libre que le commun des mortels, dont la vie révèle avec une particulère acuité les failles de la définition usuelle du mot « justice ».

Thématique

Autour de la bande dessinée

Les ponts entre cinéma et bande dessinée sont nombreux. À la fin du 19ème siècle, tous deux ont bénéficié d’avancées technologiques qui ont permis leur essor et, depuis, leurs univers n’ont cessé de se croiser, de se nourrir et de s’influencer.  En écho aux collections papier des bibliothèques, et tandis que l’exposition consacrée à l’œuvre de Riad Sattouf suscite un afflux de visiteurs à la Bpi, nous vous proposons de plonger dans les mystères de la création à travers une sélection commentée de films disponibles sur Les yeux doc.

 

Partir d’un événement

Avant de se lancer dans l’écriture d’un de ses livres phare, Les Ignorants, et après avoir déjà publié une dizaine d’albums, Etienne Davodeau avait accepté, à titre exceptionnel, de dessiner d’après le scénario de Kriss, qui raconte l’histoire d’Edouard Mazé, syndicaliste tué lors d’une manifestation à Brest en 1950. Le film revient sur la genèse de cet album intitulé Un Homme est mort, et s’attaque à des thèmes puissants : la lutte sociale, le militantisme, la solidarité, en réalisant le portrait d’une ville, Brest, en pleine reconstruction après la guerre. Au-delà du contenu documentaire, le film dévoile aussi les coulisses d’un projet éditorial.

Avril 50, de Bénédicte Pagnot, 30 min

 

Dessiner à deux

Loisel et Tripp, tous deux auteurs et dessinateurs de renom, se rencontrent à Montréal où ils partagent un atelier. En 2006, ils décident de créer ensemble une série sur un petit village québécois. Le film retrace leur collaboration pour la bande-dessinée Magasin général. Comment travailler ensemble en gardant, chacun, son identité graphique ? Comment concilier deux univers singuliers et faire émerger une œuvre commune ? Autant de questions auquel ce film tente de répondre en suivant ces artistes dans les différentes étapes de création des albums.

Loisel et Tripp : Traits complices, de Patrick Foch, Dominique Tripier-Mondancin et Adeline Le Guellaud, 54 min

 

Entrer dans l’intimité d’un artiste

Laetitia Carton pose un regard sensible sur l’artiste Baudoin qu'elle suit dans des lieux qui lui sont chers. Ensemble, ils tissent ce portrait. Un film mené par deux belles âmes pour qui les mots voyage, transmission et rencontre ont du sens. Ce n’est pas la technique du dessin qui est ici à l’honneur, mais bien l’esprit du dessin et ce qui le nourrit de l’intérieur.

Edmond, un portrait de Baudoin, de Laetitia Carton, 80 min

 

D’autres documentaires sont à découvrir

Zoom sur un personnage emblématique avec Largo, retour sur une œuvre majeure avec Art Spiegelman, humour et dérision avec Fred, derrière le miroir, plongée dans le monde de François Bourgeon, le passager du vent et clin d’œil à l’œuvre de Pétillon, disparu il y a peu, avec Enquête à l’Ouest.

Prochainement