les yeux d'oc

  • Une affaire de nègres, Oswalde Lewat

  • logo les yeux d'oc

    Les yeux doc est la plateforme numérique du Catalogue national de la Bibliothèque publique d'information. Elle présente une sélection de films documentaires français et internationaux, constamment actualisée et éditorialisée. Elle est diffusée dans les bibliothèques françaises, auprès des usagers de ces bibliothèques, pour des consultations sur place ou à domicile.

7 jours, un film

Un tombeau pour Khun Srun

Éric Galmard, 2015, 67 min

Khem se confronte à la mémoire de son père, Khun Srun, écrivain cambodgien entré dans le maquis des Khmers rouges en 1973 et exécuté par eux en 1978. Elle rencontre des survivants, une cousine, une tante, des ouvriers d'un atelier des chemins de fer... En même temps,vivant dans un ancien bastion khmer rouge, elle fait face aux difficultés d'une vie précaire. En regard du parcours de Khem, le film nous fait entendre la voix autobiographique et satirique de cet écrivain humaniste et pacifiste, une voix chaleureuse, empreinte de poésie et d'une grande douceur en complet décalage avec son destin tragique. S'inscrivant dans le présent d'un pays qui se développe à grande vitesse au détriment de toute une partie des Cambodgiens, la voix de Khun Srun questionne avec acuité ce Cambodge contemporain qu'il n'a pas connu.

Actualité

La saison des (bonnes) feuilles

Paradoxalement, c’est au moment où les arbres perdent leurs plus beaux feuillages que les librairies se remplissent de leurs meilleures feuilles. Tandis que la nature se prépare à l’hiver, l’édition connaît un subit regain d’activité et les lecteurs retrouvent sous la lampe de chevet le plaisir de caresser un beau papier. Les librairies bruissent de discussions enflammées autour de tel ou tel nouveau talent, comme à La Virgule, microscopique sanctuaire parisien du livre, aujourd’hui fermé, que le réalisateur Christian Girier a finement dépeint dans Autour de La Virgule (2005 – 52 min).

 

L’automne, c’est la fête de la littérature et c’est la saison des prix littéraires, décernés pour les plus illustres d’entre eux, dans la première quinzaine de novembre.

 

Juste avant, le Prix Nobel, qui ne  récompense pas un livre mais une vie d’écriture, impose sa marque prestigieuse sans toujours convaincre. La nomination de Bob Dylan en 2016 a été reçue froidement par le monde des lettres et au-delà. En 2019, la remise du prix à l’écrivain autrichien Peter Handke, défenseur de la Serbie de Milosevic, a suscité au mieux un silence poli. Pourtant, depuis 1901, la fine fleur des écrivains de la planète a été distinguée, que ce soit Albert Camus en 1957 - voir le film de Joël Calmettes Une tragédie du bonheur (1999 – 55 min), ou José Saramago en1998 - voir le portrait que Carmen Castillo a consacré à l’écrivain portugais, Le temps d’une mémoire (2003 – 69 min).

 

À l’instar du Prix Nobel de littérature, plusieurs prix ont été créés au début du 20ème siècle, dont le Prix Goncourt (1903) et le Prix Fémina (1904). Le Goncourt, c’est la Rolls des prix, le point d’orgue de la saison, le rendez-vous littéraire et gastronomique le plus attendu, le plus médiatisé. Non contents de compter Marcel Proust parmi ses plus brillants récipiendaires, le jury Goncourt a honoré, parmi d’autres belles plumes, Beatrix Beck en 1952 pour Léon Morin prêtre, Jean Rouaud pour Les Champs d’honneur (1990), Jean Echenoz pour Je m’en vais (1999), Pascal Quignard pour Les Ombres errantes (2002) et plus récemment Lydie Salvayre pour Pas pleurer (2014). Un seul, un grand, Julien Gracq, a refusé en 1951 de recevoir ce prix pour Le Rivage des Syrtes. De même, il n’a pas souhaité apparaître dans le film de Michel Mitrani, La chanson du guetteur, où sa voix tient lieu d’incarnation.

 

Dès la fin de la Première guerre mondiale, l’Académie française a décidé de rattraper son retard en créant un Grand Prix du roman « décerné à l’auteur du roman que l’Académie a jugé le meilleur de l’année ».  C’est le prix le plus connu du public, mais l’Académie en décerne annuellement pas moins de cinquante-huit, financés par les produits des dons et legs. Dans les deux dernières décennies, les œuvres de Pascal Quignard (2000), Vassilis Alexakis (2007), Pierre Michon (2009) ont été remarquées par les immortels.

 

L’entre-deux guerres, période d’incertitudes, voit la création de deux nouveaux prix : le Prix Renaudot et le Prix Interallié. Le premier est fondé par dix journalistes qui, selon la légende, ne supportaient plus d’attendre fébrilement la proclamation du prix Goncourt, sans pouvoir déjeuner. Les dix inaugurent en 1926 leur repas annuel au restaurant de la Fontaine-Gaillon et donnent leur première bénédiction au roman d’un jeune professeur, Nicolo-Peccavi ou l’affaire Dreyfus à Carpentras (Folio n°832). Les récipiendaires suivants ont eu des carrières littéraires plus flamboyantes, comme Louis-Ferdinand Céline ou Louis Aragon. Et au fil des années, le prix Théophraste Renaudot, hommage au premier journaliste de l’histoire de France, a bâti un panthéon littéraire très remarquable, associant les signatures de Louis Guilloux pour Le Jeu de patience (1949), Michel Butor pour La Modification (1957), Georges Perec pour Les Choses (1965), Annie Ernaux pour La Place (1984), Ahmadou Kourouma pour Allah n’est pas obligé (2000) ou, plus près de nous, Emmanuel Carrère pour Limonov (2011).

 

En 1958, le prix Médicis s’inscrit sur un terrain peu défriché par ses prédécesseurs, le roman d’un écrivain débutant ou manquant de notoriété. Il est rejoint en 1970 par le prix Médicis étranger. La liste des auteurs couronnés montre que le jury du Médicis, composé en grande partie d’écrivains, a fait des choix judicieux en distinguant Emmanuèle Bernheim pour Sa femme (1993), Jean-Philippe Toussaint pour Fuir (2005), Marie Darrieussecq pour Il faut beaucoup aimer les hommes (2013), ou Pierre Guyotat pour Idiotie (2018).

 

Bonnes lectures !

 

Filmographie

Ahmadou Kourouma / Joël Calmettes

Albert Camus, une tragédie du bonheur / Joël Calmettes

Annie Ernaux (collection Histoires d'écrivains)

Autour de la Virgule / Christian Girier

Beatrix Beck / Gérard Mordillat

Emmanuel Carrère (collection Histoires d'écrivains)

Emmanuèle Bernheim (collection Histoires d'écrivains)

Georges Perec, propos amicaux autour d'Espèces d'espaces / Bernard Queysanne

Guyotat en travail / Jacques Kebadian

Jean Echenoz (collection Histoires d'écrivains)

Jean Rouaud (collection Histoires d'écrivains)

Jean-Philippe Toussaint (collection Histoires d'écrivains)

José Saramago, le temps d'une mémoire / Carmen Castillo

Julien Gracq, la chanson du guetteur / Michel Mitrani

Louis Guilloux, l'insoumis / Rolland Savidan, Florence Mahé

Lydie Salvayre (collection Histoires d'écrivains)

Marie Darrieussecq (collection Histoires d'écrivains)

Michel Butor, mobile / Pierre Coulibeuf

Pascal Quignard / Jacques Malaterre

Pascal Quignard (collection Histoires d'écrivains)

Pierre Michon / Sylvie Blum

Prochainement