les yeux d'oc

Blaise Cendrars

Blaise Cendrars, 1887-1961

Blaise Cendrars, le poète, l'écrivain, n'est pas seulement le bourlingueur que l'on croit connaître. Ce documentaire biographique, écrit par la fille de l'écrivain, Miriam Cendrars, et réalisé par Claude-Pierre Chavanon, permet, en neuf séquences choisies, de vivre le parcours de l'un des grands novateurs du siècle. De Russie où il publie à l'âge de vingt ans "La Légende de Novgorode", à Paris où il crée avec Sonia Delaunay la "Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France" (1913), en passant par les États-Unis où il écrit son premier grand poème "Les Pâques à New York" (1912), sa quête de la modernité est constante. Engagé volontaire dès le début de la Première Guerre mondiale, il est blessé en septembre 1915, et perd son bras droit. Il connaîtra alors la misère et le désespoir. Après la publication de son "Anthologie nègre" (1921), Cendrars est accaparé par le cinéma : il est assistant d'Abel Gance pour "J'accuse" et pour "La Roue", puis tourne aux studios Rinascimento à Rome. En 1924, il découvre le Brésil et s'oriente dès lors vers le roman avec "L'Or" (1925) et "Moravagine" (1926) avant qu'il ne devienne grand reporter dans les années 1930. En 1939, il s'engage comme correspondant de guerre auprès de l'armée britannique et, à la défaite, se retire à Aix-en-Provence. Il ne sortira de son silence que trois ans plus tard pour écrire son chef d'œuvre "L'Homme foudroyé" (1945), suivi de "La Main coupée" (1946), de "Bourlinguer" (1948) et de "Lotissement du ciel" (1949). Le film est illustré de photographies de Blaise Cendrars, de documents rares et inédits comme les portraits réalisés par ses amis peintres, de manuscrits appartenant à des collections privées et au Fonds Blaise Cendrars de Berne, de ses films et d'extraits de sa correspondance.