les yeux d'oc

Ici je vais pas mourir

Ici je vais pas mourir

Ici, c'est la "salle de consommation à moindre risque", la salle de shoot, qui a ouvert en octobre 2016 dans un bâtiment de l'hôpital Lariboisière, à Paris. C'est un lieu dont le film ne sort pas, sinon quelques secondes sur un bout de trottoir, aux portes du générique. Un plan ou deux suffisent à désigner l'extérieur, pour rappeler l'hostilité des riverains - un panneau "Non à la salle de shoot", entr'aperçu, ficelé à une fenêtre. Le lieu est blanc hormis quelques meubles fonctionnels, et sa neutralité un peu aveuglante est presque pour le film celle d'un white cube, un lieu effacé pour en laisser voir un autre, sans contours et bâti seulement par les mots auxquels Cécile Dumas et Édie Laconi donnent libre cours : celui de la défonce comme maison, comme pays, de ceux qui sont à la rue et à qui la salle offre repos, soins et considération. Le minuscule port d'attache de la salle de shoot devient ainsi pour le spectateur une précieuse salle d'écoute, pour comprendre que ce pays lointain où se sont perdus Bilal, Janusz ou Hervé, ne lui a en vérité pas grand-chose d'étranger. (Extrait du catalogue Cinéma du réel 2019)