les yeux d'oc

La Terre calme - La Tierra quieta

La Terre calme

La Tierra quieta

Cette chronique familiale dans une communauté rurale du Nicaragua s’ouvre sur un plan surprenant: un paysage à la beauté si paisible que seule une énorme tête de statue émergeant des eaux suggère la gravité de l’inondation qui l’a dévasté. Dans le quotidien de Don Sebastian, de son épouse et de leur fils cadet (le seul de leurs dix enfants à n’avoir pas quitté le pays), les allées et venues des volailles, le cochon à tuer ou les matchs de football télévisés tissent une temporalité cyclique, hors de l’Histoire. La énième victoire électorale des Sandinistes entendue aux nouvelles semble participer de ce retour du même qui confine à l’absurde. Pourtant, comme l’inondation qui ouvre le film, ce fragment de vie politique dont la radio se fait le faible écho, constitue l’un des rares liens avec l’extérieur. La qualité d’écoute du réalisateur, sa patience, rendent palpable une tension dans l’immobilité même de cette famille. La quiétude de cette terre menace à tout moment de se figer en immortalité mortifère.