les yeux d'oc

Mon voisin mon tueur

Mon voisin, mon tueur

Quinze ans après le génocide commis au Rwanda contre la minorité Tutsie, la reconstruction du pays, notamment dans les campagnes, repose sur la réussite ou non des tribunaux de droit coutumier, les gacaca («gachacha») , à « réconcilier » les victimes survivantes et les bourreaux. « Mon voisin mon tueur » suit , de 2001 à 2009, ce difficile travail collectif. Anne Aghion filme particulièrement deux femmes Hutues, Félicité et Euphrasie, dont la famille Tutsie (mari et enfants) a été décimée et qui doivent maintenant affronter, en vue d'une problématique réconciliation, leurs bourreaux, qui ont déjà passé plusieurs années en prison. Les récits poignants mais pleins de dignité des unes, font face à la suffisance ou à la lâcheté des autres. Quinze ans après et sans doute jusqu'à la mort des protagonistes, le génocide est toujours présent dans les regards et sur les visages.

Voir un extrait

À découvrir également