les yeux d'oc

Georges Haldas

Georges Haldas ou l'état de poésie

Georges Haldas, écrivain suisse, s'entretient avec son ami, écrivain et critique littéraire, Jean Vuilleumier, dans un café de Genève où il aime, pendant une partie de la journée, venir écrire, recevoir ses appels téléphoniques, rencontrer des gens. Georges Haldas évoque notamment sa double ascendance suisse française et grecque, les sources de l'écriture ("l'écriture inspirée": «écrire c'est découvrir quelque chose qui approfondit l'émotion qui l'inspire»), l'expérience de "l'état de poésie", le phénomène de la mémoire, de la résurrection, hors d'un contexte religieux, et ce qui permet de «saisir à travers la réalité des choses visibles et familières le mystère de l'existence». Textes de Georges Haldas lus par lui en voix off: "Minutie ô ma sœur" ("La blessure essentielle"), Éd. L'Age d'Homme, 1990; «Tuerie du temps» («Poèmes 1955-57, Le pain quotidien»), Ed. Rencontre, 1959; «Boulevard des philosophes», Ed. Rencontre, 1966 et Ed. L'Age d'Homme, 1978; «Silence des petits café» («Carnets du désert», «L'état de poésie, Carnets 1986»), Ed. L'Age d'Homme, 1990; "Chronique de la rue Saint-Ours", Éd. Denoël, 1973 et Éd. L'Age d'Homme, 1987; "Dans la vallée du carnage: le murmure de la source", "Le grand arbre de l'homme", Éd. Le temps qu'il fait, 1990.