les yeux d'oc

Jean-Toussaint Desanti

Jean-Toussaint Desanti, le désir de philosopher

Le film de Marcel Rodriguez s’inscrit dans une série de portraits d’intellectuels qui mettent en relation des histoires de vie et des projets théoriques. «On essaie de montrer que les histoires de vie ne sont pas rectilignes, qu’elles se font dans les méandres des rencontres, des lectures, des recherches», précise le réalisateur à propos de cette collection intitulée "Regard". Jean-Toussaint Desanti, philosophe et épistémologue des mathématiques, enseigna à l’École normale supérieure, puis à la Sorbonne. Ces deux faits importants ne suffisent malgré tout pas à rendre compte de la richesse de la personnalité de Desanti. Fidèle au projet de la série, Marcel Rodriguez tisse plusieurs fils pour esquisser ce portrait. Le fil de l’enfance évoque l’île natale, la Corse, où le philosophe part à la recherche de la maison familiale avec son épouse Dominique. Il y a aussi le fil des dialogues avec d’autres intellectuels et amis, pratique chère à Desanti qui a toujours aimé se soumettre à la maïeutique. Il s’entretient de la langue et des mots avec Antoine Culioli (linguiste), des mathématiques qui l’ont passionné, avec Jean-Marc Levy-Leblond (physicien). Avec Bernard Sichère (philosophe), il commente longuement la question de son adhésion au Parti communiste de 1942 jusqu’à la fin des années cinquante. Enfin, le fil des souvenirs du résistant qu’il a été, dès 1940, ravive avec intensité les dangers et les difficultés encourus. Dominique Desanti parcourt quelques-uns des ouvrages du philosophe, en choisit, pour une lecture à voix haute, quelques phrases qui entrent en résonance avec les entretiens. Textes lus : "La peau des mots" ; "Effacer la mer" ; "La pensée captive" ; "La liberté nous aime encore" (avec Dominique Desanti).

Voir un extrait