les yeux d'oc

Stefan Zweig_courtesy Jeanne Menjoulet_licence CC

Stefan Zweig, 1881-1942

Le film s'inspire des mémoires posthumes de Stefan Zweig, "Le Monde d'hier", écrits en exil entre Londres, où l'écrivain s'est réfugié après 1938, et le Brésil, où il est arrivé en 1940. De nombreux extraits de ces mémoires sont lus en voix off par Didier Flamand. Partant du suicide de Stefan Zweig, âgé de soixante ans, et de sa deuxième femme, Lotte, le 22 février 1942, à Petropolis, au Brésil, le film remonte dans le temps à la recherche d'une "clé" de cet acte. Dans ses mémoires, Stefan Zweig aurait idéalisé le "monde d'hier", et singulièrement Vienne et l'Europe d'avant la Première Guerre mondiale, jusqu'à en faire un paradis perdu. Avec la dissolution de l'empire austro-hongrois et la montée du national-socialisme, il voit s'évanouir ses dernières illusions et sa foi en un internationalisme pacifique. Edgardo Cozarinsky a construit un portrait classique de Stefan Zweig, en le centrant sur les événements politiques qui ont tant marqué la vie de l'écrivain.