les yeux d'oc

Rêver sous le capitalisme

Rêver sous le capitalisme

On sait ce que le travail fait au corps, mais qu'imprime-t-il, de manière moins visible, sur l'inconscient ? Les nuits de douze rêveurs, racontées tantôt face à la caméra, tantôt en off sur des plans d'immeubles de bureaux ou de chantiers urbains, trahissent l'invasion de la psyché contemporaine par le système capitaliste. Les plans d'ensemble sur les édifices aux matières lisses et aux arêtes pures instillent une douceur trompeuse. Zombies, cadavres, momies, fantômes, individus dont le crâne est ouvert comme un oeuf et vidé à coups de cuiller... Les images se suivent et ne se ressemblent pas, mais le montage organise une gradation vers le vampirisme et un passage insidieux de la nuit au jour, du rêve à la vraie vie au travail. Inspirée par le livre de Charlotte Beradt "Rêver sous le IIIe Reich", Sophie Bruneau parvient à faire pénétrer le spectateur à l'intérieur des rêves racontés et interprétés, de leur monde absurde mais familier. (extrait du catalogue du festival Cinéma du réel 2018)