les yeux d'oc

La Terre abandonnée

La Terre abandonnée

Après la catastrophe nucléaire de Fukushima-Daiichi, le 11 mars 2011, les habitants de la région contaminée ont été déplacés et hébergés dans des abris provisoires. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont souhaité ou accepté de quitter leurs maisons. Quelques rares individus ont refusé de partir, défiant les autorités et la police. En 2016, une équipe de cinéma belge est allée à la rencontre de ces irréductibles Japonais, et notamment de trois d’entre eux, deux hommes et une femme vivant à Tomioka, dans ce que l’on appelle la zone interdite. Tous se disent en pleine forme mais sont très pessimistes quant aux chances de redémarrage de l’économie de la région, voire aux chances de survie du pays tout entier. Selon eux, la radioactivité est là et pour longtemps, la décontamination est un leurre et toute culture est inutile puisque les fruits et légumes ne sont pas commercialisables. Plus grave, la défiance envers le pouvoir politique et Tepco (l’Edf japonais), accusés de mettre en danger la population, est totale.Pourtant, certains anciens habitants commencent à remettre en état leurs maisons, avec l’aide de bénévoles venus de tout le Japon. Timidement et avec beaucoup de méfiance, la population prend le chemin du retour. Dans le tableau très sombre que le film dépeint brille une lueur d’espoir : le temps, qui efface les (mauvais) souvenirs. Quand les inquiétudes s’apaiseront, la vie pourra reprendre.Avec Naoto Matsumura, Yasutaka Matsumura, Shinichi Hangai, Toshiko Hangai, Tamotsu Sato, Toshiko Sato.