les yeux d'oc

Des bobines et des hommes

Des bobines et des hommes

Au coeur de l'été 2014, Olivier Lousteau tourne une comédie romantique à l'usine textile Bel Maille de Riorges (Loire), "La Fille du patron". Les ouvriers se prêtent de bonne grâce au jeu de la figuration, tandis que dans le même temps, ils apprennent que leur entreprise a été mise en redressement judiciaire. À peine la magie du cinéma s'éteint-elle que la lutte commence. La réalisatrice Charlotte Pouch, restée sur le champ de bataille, s'apprête à passer six mois au contact des employés qui découvrent petit à petit les agissements occultes de leur patron, déjà impliqué dans des faillites frauduleuses. Au rebours des films témoins des luttes sociales, qui se focalisent généralement sur l'action collective et les coups de force, ce documentaire s'attache à révéler l'humanité de personnes, souvent dépassées par les événements, à travers leurs doutes et leurs fragilités. Si l'héroïsme des uns n'est pas particulièrement exalté, la noirceur des autres n'est pas pour autant passée sous silence. À cet égard, la mise en cause sans ambiguïté des agissements de l'encadrement lève absolument tous les doutes sur la nature du message que le film veut délivrer.