les yeux d'oc

Une veste tranquille_Eine ruhige Jacke_poster

Une veste tranquille

Eine ruhige Jacke

À 26 ans, Roman ne parle toujours pas : il est autiste. Cependant, il peut communiquer à l’aide d’une tablette électronique. Il sait aussi utiliser une caméra, et tente de transmettre par ce moyen un peu du monde impénétrable dans lequel il vit. Il joue parfois de la guitare – éperdument, sur une seule corde - mais on perçoit qu’en variant les sons et le rythme il s’efforce de maîtriser quelque chose au plus profond de lui. Dans le foyer spécialisé du Jura Suisse où il vit, son tuteur l’initie aux métiers de la forêt, lui apprend à manier une tronçonneuse. Leur relation est fragile, car il devient impossible de communiquer avec le jeune homme pendant ses crises de panique. Le film est essentiellement construit autour de l'initiation humaine et professionnelle de Roman, initiation qui prend un tour dramatique lorsqu’il apprend, au cours du tournage, la mort de son tuteur et qu’il doit affronter sa première expérience de deuil. À partir du "cas" Roman, se pose la question de la distance entre des mondes parallèles, celui des sains d’esprit dominé par des conventions, des partis-pris et celui des autistes, dont l’expression est extrêmement déconcertante, mais profondément authentique. Roman exprime le désir de posséder une "veste tranquille", une bonne veste qui l’aiderait à débarrasser le monde de ses préjugés, le protégerait lui, Roman, des dangers qui l’entourent, et contribuerait à l’apaiser.