les yeux d'oc

La Mort et le diable (Tod und Teufel)

La Mort et le Diable

Tod und Teufel

Peter Nestler consacre son film "Tod und Teufel" à son grand-père maternel, le comte Eric von Rosen. Célèbre ethnographe et explorateur suédois, von Rosen fit partie de l'expédition d'Erland Nordenskiöld, dans les Andes boliviennes (1901-1902), puis voyagea en Argentine, avant de passer deux ans à traverser l'Afrique, de Capetown à Alexandrie. À chaque fois, il étudie les populations rencontrées, collecte les objets significatifs, et recueille des notes précieuses. Et surtout, remarquable photographe, il rapporte des clichés magnifiques que son petit-fils met superbement en valeur, dans "La Mort et le Diable". Pourquoi ce titre ? Le comte von Rosen, poussé par une inlassable curiosité à l’encontre de ses semblables et de leurs arts et traditions, semble aussi profondément fasciné par la mort, qu'il donne quand il le juge nécessaire. Avec son fusil de chasse toujours prêt à servir, il poursuit le gibier en Patagonie, dans la brousse africaine et même en Scandinavie, où il se délecte de la chasse à l'ours. Et le Diable, c’est Hermann Goering, mari de sa belle-sœur, c’est aussi plus généralement le national-socialisme, dont il rejoint les rangs lorsqu’il soutient la contre-révolution en Finlande. Composé pour l'essentiel de photos et de films provenant des archives familiales, ce portrait de son grand-père par Peter Nestler reste d’une exemplaire sobriété qui ne cache pourtant rien, ce qui le rend d'autant plus remarquable.

Voir un extrait