les yeux d'oc

Le Roi ne meurt jamais

Le Roi ne meurt jamais

En février 2005, après avoir vécu de nombreuses années dans la capitale, à Addis-Abéba, Gezagn Kala est de retour dans le pays qui l'a vu naître, le Konso, dans le Sud de l'Éthiopie. Il doit en effet succéder à son père défunt, le poqualla, sorte de suzerain veillant sur les destinées des Konso en s'attachant à faire régner la justice et la paix entre les communautés, ce qui n'est pas chose aisée, en cette époque où le contact avec les valeurs morales de la modernité occidentale fragilise la cohésion sociale. Il en a tout de suite la preuve, ainsi que le réalisateur qui l'accompagne, dès l'ouverture de la grande cérémonie marquant la fin du deuil de son père : le ganshalo, l'homme engagé par la famille Kala, pour battre le tambour à l'ouverture et à la fin du deuil, et en l'absence duquel la cérémonie conditionnant l'avenir de la vie des Konso selon le respect de la tradition, ne peut avoir lieu, a soudainement pris la fuite, insatisfait de son traitement. Finalement retrouvé avec la participation du réalisateur, il finit, après l'avoir âprement renégociée, par accepter sa charge. Les Konso pourront prêter allégeance au nouveau poqualla qui tentera, comme son père l'avait déjà difficilement fait avant lui, de protéger leur identité culturelle.

Voir un extrait